Dégustation en 3 étapes

Dégustation en 3 étapes

La dégustation des vins du Val de Loire fait appel à vos sens et tout particulièrement la vue, l’odorat et le goût. Regarder la robe du vin, sentir son bouquet puis le goûter, telles sont les 3 étapes de la dégustation.

L’œil pour la robe

Votre verre de vin du Val de Loire est posé sur la table, vous pouvez évaluer la robe du vin :

sa couleur exacte :

  • Les vins blancs du Val de Loire peuvent être secs et demi-secs, moelleux voire liquoreux. Leurs robes arborent une gamme de jaunes diversifiée : jaune vert, citron, paille, doré ou ambré.
  • Les vins de Loire rosés peuvent être habillés de nombreuses nuances de rose : gris, pivoine, rose saumon, framboise, cerise, orangé
  • Les vins rouges de Loire ont une teinte de robe qui varie selon leur cépage et leur vinification. Ils peuvent être rouge violacé,  cerise, rubis, grenat, pourpre, brun, noir ou encore tuilé.

son intensité : claire ou pâle, légère, moyenne, soutenue, foncée, dense, profonde.

sa brillance : vive, franche, brillante, éclatante, terne, mate, oxydée, usée, passée.

sa limpidité : trouble, louche, flou, voilé, limpide, brillant, cristallin, avec ou sans dépôt.

Fluidité : fluide, épais, dense, huileux, visqueux.

Prenez votre verre de vins de Loire par sa jambe et penchez-le doucement à la lumière pour observer les nuances de sa robe, faites tourner délicatement le vin dans le verre pour observer les « jambes » ou les « larmes » qui vont vous donner une idée de la consistance du vin : plutôt gras et concentré, ou plutôt fluide et léger. 

C'est ensuite qu'il faut sentir le vin !

Le nez pour le bouquet

Le nez un organe indispensable du goût !

Plongez votre nez dans votre verre de vin de Loire, flairez, inspirez, prenez un peu d’air et recommencez. Vous allez percevoir des senteurs subtiles, puissantes, fraîches, agréables… ou déplaisantes si le bouchon a joué un mauvais tour au vin. 

Tous ces arômes vont peut-être évoquer en vous un parfum de fleurs, un dessert aux fruits , une brioche au four, la blague à tabac de votre grand-père, les épices d’un précédent dîner, une cueillette de champignons et bien d’autres encore que vous associerez spontanément à vos souvenirs, à des lieux, des personnes, des émotions.

Vous pourrez retrouver des nuances aromatiques :

  • de fleurs (blanches, rose, violette, acacia, sureau, tilleul),
  • de fruits frais (abricot, agrumes, banane, fruits rouges),
  • de fruits secs (noix, noisettes),
  • de fruits confits (figues, écorces d'orange),
  • de végétaux (herbe, fougère, foin),
  • de sous-bois (champignon, terre, humus),
  • d'animaux (viande, cuir, ambre),
  • empyreumatiques (pain grillé, café, bois brûlé, terre, soufre, tabac),
  • balsamique (vanillé, thym, résine de pin),
  • de bois (fûts, bois vert),
  • d'épices (cannelle, girofle, poivre, miel),
  • de minéraux (pierre à fusil, silex, iode).

C’est ensuite qu'il faut goûter le vin !

La bouche pour le goût

D'un vin de Loire rapidement englouti on n'aura rien vu, rien senti, rien retenu. Quoi de plus plaisant que de se servir un verre de vin et d'en savourer chaque gorgée ?

Votre vin est-il gourmand comme un cabernet-d’anjou ou un coteaux–du-layon, vif et frais comme un muscadet,  souple comme un saumur-champigny, élégant et raffiné comme un savennières ou un anjou-blanc, léger et fruité comme un touraine, pétillant comme un crémant-de-loire ou un saumur-brut, rond comme un chinon ? C’est en faisant rouler le vin dans toute la bouche, en le mâchant avec la langue selon l'usage et en faisant un effort d’attention que vous pourrez en profiter pleinement.

Une fois le vin avalé, ou recraché, encore un peu d’attention : vous pourrez dire si le vin est long en bouche ou court, c’est à dire si ses saveurs et ses arômes s’évanouissent rapidement ou s’épanouissent longuement.

Même avec très peu d’expérience, vous pourrez évoquer quelles notes odorantes s’expriment entre l’arrière-gorge et le nez, quelle est la nature des tannins : s’ils sont doux au palais, soyeux et souples, et si votre sensation est agréable.

La comparaison de l’odeur et de l’arôme d’un même vin rend la dégustation plus riche et intéressante : on arrive ainsi à mieux saisir toutes les facettes du produit.

Rappelez-vous que ce sont vos propres sensations qui priment ! Les droits imprescriptibles du buveur de vin (le tout avec modération bien évidement !) :

  • Droit de ne pas boire
  • Droit d’aimer, même l’aimable piquette des vacances.
  • Droit de ne pas aimer, même ce prestigieux magnum qu’on gardait pour le mariage d’Anne-Sophie… On aurait mieux fait de l’ouvrir pour sa communion. 
  • Droit de défendre son avis, surtout face à un illustre dégustateur.
  • Droit de recracher, c’est parfois même un devoir…
  • Droit de vider la bouteille dans l’évier ou les plantes vertes.
  • Droit de déguster seul, même si c’est meilleur à plusieurs…
  • Droit de râler contre le goût de bouchon, même si le vigneron n’y peut rien.
  • Droit de faire du bruit en dégustant, mais pas besoin d’ameuter tout le restaurant avec des gargarismes.

Les Vins du Val de Loire vous souhaitent de bonnes dégustations…

Bienvenue sur le site des

Vins du Val de Loire

Bienvenue / Welcome

Choisissez votre langue / Choose your language

Avez-vous l'âge légal ?

Pour visiter notre site, vous devez avoir l'âge légal pour consommer de l'alcool dans votre pays de résidence selon la législation en vigueur.

J'ai plus de 18 ans