2000 ans d'histoire

2000 ans d'histoire

L’histoire de la Loire et de ses vins se confond, noblesse oblige, avec l’Histoire de France. A l'exception de la vigne du Pays Nantais plantée par les Romains, c'est autour du Vème siècle que l'on situe la naissance de la viticulture en Val de Loire. La culture de la vigne s’est développée du IXe au XIIe grâce aux monastères. L’engouement des rois de France pour le vaste territoire qu’est le Val de Loire, n’a fait que contribuer à cet essor.

Aux origines du vignoble

Le vignoble nantais a été planté par les Romains il y a plus de 2 000 ans. Il devient vite fameux : dès le 1er siècle, Pline l'Ancien mentionne l'existence de vignobles sur les rives de la Loire. Mais c'est seulement autour du Vème siècle que se situe la véritable naissance de la viticulture en Val de Loire.

En 582, Grégoire de Tours fait référence pour la première fois à l'existence du vignoble de Sancerre et de Touraine. La création du vignoble autour du Château de Chalonnes apparaît quant à elle comme l'œuvre conjuguée du Comte d'Anjou et des autorités catholiques.

 

Au cours des siècles suivants, l'influence des moines augustins et bénédictins s'avère prépondérante dans le développement des différents vignobles. Les religieux exploitent la vigne et savent tirer le meilleur parti des nombreux axes de communication qu'offre le pays nantais. La Sèvre, la Maine, les marais de Goulaine sont autant d'accès privilégiés sur la Loire et complètent à merveille les nombreuses voies romaines déjà établies. La vigne s'étend tout au long des cours d'eau, depuis les fiefs vendéens créés au IXe siècle jusqu'à Saint-Pourçain en Auvergne.

A cette époque, l’absence de sécurité des voies terrestres a fait alors de la Loire un moyen de circulation plus sûr, ce qui a facilité le commerce et le développement des vignobles qui le bordent.

L’essor du vignoble du Val Loire

Le vignoble angevin connaît un véritable essor, lorsque Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou, devient roi d'Angleterre en 1154, il fait en effet servir les vins d'Anjou à la cour, habitude que conservent ses successeurs Jean-sans-Terre et Henri III.

Pendant près d'un millénaire, toutes les têtes couronnées de France et d'Angleterre contribuent à la réputation des vins de Loire. Capétiens, Plantagenêt et Valois, tous encouragent, depuis la Cour jusqu'aux châteaux de la Loire, la découverte de ces vignobles princiers.

Du Moyen-âge au XVème siècle, la bourgeoisie est à l'origine de l'extension des vignobles autour des villes d'Angers, de Saumur et d'Orléans, en obtenant l'abolition du « droit de banvin » qui accordait aux seigneurs l'exclusivité du commerce des vins.

Quand François Ier autorise, en 1532, les états de Bretagne à maintenir à leur frontière d'Ingrandes un droit de commerce avec l'étranger, les Vins du Val de Loire connaissent un nouveau développement.

Outre les exportations, la Loire facilite l'implantation de nouveaux cépages.
Ainsi François Rabelais, au XVIe siècle, mentionne-t-il dans ses écrits les vins de Chinon issus du cépage « breton », c'est à dire du cabernet franc originaire du sud-ouest et venu par le fleuve de la région de Nantes. A la même période l’auteur mentionne également le cépage “chenin” dans ses ouvrages. C'est également à cette époque que le cépage folle blanche fait son apparition. Cette variété, dont les ceps sont épais et charnus, produit un vin qui évoque cette apparence costaude : le Gros Plant.

La recherche par le négoce hollandais, installés à Nantes, de vins adaptés aux goûts de sa clientèle provoque alors un essor extraordinaire de la viticulture rurale, qui se prolongera jusqu'au milieu du XIXe siècle, dans les vallées de Sèvre-et-Maine, du Layon ainsi que dans la région de Saumur, jusqu'à Vouvray.

Coup d’arrêt pour le vignoble du Val de Loire

En 1709, un terrible hiver s'abat sur le vignoble. La température descend même jusqu'à -20°C. Les barriques explosent, l'océan gèle le long des côtes. Comme pour remercier son pays d'accueil, le cépage melon résiste courageusement, offrant un vin au caractère affirmé : le Muscadet.

La Révolution Française a des effets dévastateurs sur le vignoble du Val de Loire, et plus particulièrement sur les vignobles d’Anjou et de Nantes, théâtre des guerres de Vendée.

Le développement de nouveaux moyens de transport, notamment le chemin de fer, oblige les vignobles ligériens à faire face à la concurrence des vins du Midi. La volonté de produire des vins de haute qualité sera stoppée net, vers la fin du XIXe siècle, par la crise phylloxérique qui détruira une grande partie des vignobles. Ce puceron venu d'Amérique s'attaque aux racines des ceps, détruisant une grande partie des vignobles.

La consécration du vignoble du Val de Loire

Une fois la crise résolue, la recherche de qualité devient une préoccupation majeure et donne naissance à des appellations de grand renom reconnues comme Appellations d'Origine dès 1936.

Enfin, en 2000 le Val de Loire (entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire) a été classé au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO. Remarquable pour la qualité de son patrimoine architectural, avec ses villes historiques et ses châteaux de renommée mondiale, le Val de Loire est surtout un paysage culturel exceptionnel. Il témoigne de l’échange d'influences de valeurs humaines et du développement harmonieux d'interactions entre les hommes et leur environnement sur deux mille ans d'histoire.

Bienvenue sur le site des

Vins du Val de Loire

Bienvenue / Welcome

Choisissez votre langue / Choose your language

Avez-vous l'âge légal ?

Pour visiter notre site, vous devez avoir l'âge légal pour consommer de l'alcool dans votre pays de résidence selon la législation en vigueur.

J'ai plus de 18 ans